Графични страници
PDF файл
ePub

Dude.

Un fon égal au tonnerre,
Anime l’airain fatal
Qui donne à toute la terre
Le redoutable signal.
A cette voix menaçantë
La Mort même obeisfante
Ouvre son avare sein;
Et je vois, par tout le monde,
D'une pouffiere féconde
Renaître le

genre

humain.
Parmi cet immense nombre
D'hommes tremblans, éperdus,
Régne une tristesse sombre;
Tous les rangs font confondus,
Déchus de leurs avantages,
Les Rois, les Héros, les Sages
Reconnoissent aujourd'hui,
Qu'esclaves d'un même Maître,
Au moment qu'il veut paroître,
Tout l'éclipse devant lui.

Pour annoncer sa venue,
Le Ciel l'embrase d'éclairs;
Je l'apperçois sur la nue
Aslis au milieu des airs,
La Sainteté le couronne
Sa Majesté l'environne,
La foudre part de ses yeux;
Et sur son front la justice
Menace d'un prompt supplice
Les Mortels audacieux.

Quels effroyables symptômes
Cause ce nouveau Soleil,
En diflipant les fantômes
Produits par un long fommeil!
Saifi d'une peur soudaine,
Le Juste le croit à peine
A couvert de son courroux;
Et l'on entend les coupables

[blocks in formation]

Duchel.

Pousser ces cris lamentables:
Montagnes, tombez sur nous.

Un livre affreux se déplie,
Od, par des traits éclatans
Le doigt du Seigneur publié
L'histoire de tous les tems.
En vain l'heureux artifice
Auroit Içu peindre le vice
Des couleurs de la vertu;
La Verité souveraine
Détruit l'apparence vaine
Dont il étoit revétu.

3

..

Severe Juge et bon Pere,
Dieu sépare, fans retour,
Les objets de la colere
Des objets de son amour.
Son implacable vengeance
Et fa divine clémence
Rendent par un juste accord
L'arrêt de mort, et de vie,
Qui du saint et de l'impie
Fixe pour jamais le fort.

Il commande, et les abîmes
A fa parole f'ouvrant,
Engloutissent les vi&times
Qu'il livre nu feu dévorant;
Et du séjour de la joie
Lui-même traçant la voie;
Les Elus vont triomphans,
Jouir du riche héritage
Qu'il a promis pour partage
A fes fideles enfans.

[ocr errors]

J. B. R o urrea u.

J.B. ROUE

reau.

S. B. I. S. 356. --- In der Odenpoefie befaß dieser Dichter wohl unstreitig die größte Stärke, und erwarb fich um seine Nation das Verdienst, diese Gattung zu einer biss her von ihr noch nicht erreichten Hdhe, Fülle und Stärke zu erheben; wenn gleich ihre Sprache zu gefesselt, und der Chas rakter ihres poetischen Ausdrucks zu wenig bervorstechend find, um die Dichter der Griechen, Engländer und Deutschen im hdhern Odenfluge einzuholen. Das erste Buch der Oden Rousseau's enthält fiebzehn poetische Ueberserungen von Psalmen, und eine Paraphrase von dem Dankliede des o nigs Hiskias nach seiner Genesung.

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

Au miel dont la jeune abeille
Compose fon cher trésor.

1.3. Hours

reau.

Mais fans tes clartés sacrées,
Qui peut connoître, Seigneur,
Les foiblesses égarées
Dans les replis de fon coeur?
Prête-moi tes feux propices.
Vien m'aider à fuir les vices
Qui f'attachent à mes pas.
Vien consumer par ta Allme
Ceux que je vois dans mon ame,
Et ceux que je n'y vois pas.
Si de leur triste esclavage.
Tu viens dégager mes sens;
Si tu détruis leur ouvrage,
Mes jours seront innocens.
J'irai puiser sur la trace,
Dans les sourees de ta grace;
Et de ses eaux abbreuvé,
Ma gloire fera connoitre
Que le Dieu qui m'a fait naîtreg
Eit le Dieu qui m'a fauvé,

[ocr errors][ocr errors]
« ПредишнаНапред »